You are currently viewing Alimentation #2 : les Combinaisons alimentaires

Alimentation #2 : les Combinaisons alimentaires

3ème volet de notre série. Après avoir abordé le Métabolisme, et le thème des “Calories pleines et creuses”, nous allons maintenant  nous pencher sur “les Combinaisons Alimentaires”  les plus pertinentes, et voir pourquoi certains aliments ne sont vraiment pas faits pour être consommés dans le même repas.

Combinaisons alimentaires, qu’est-ce que c’est ?

Chaque aliment contient différents nutriments apportant chacun un bénéfice à notre organisme. Mais, il est possible de décupler ces bénéfices. Comment ? En associant certains aliments à  d’autres. C’est ce qu’on appelle ” La Synergie d’action”. Différents aliments, qui, pris ensemble, deviennent beaucoup plus efficaces, en coopérant et en se complétant. De la même manière, certaines associations d’aliments vont avoir un effet négatif, en se neutralisant par exemple.

À quoi servent les combinaisons alimentaires ?

Manger intelligemment, selon nos besoins, des aliments nutritifs, en résumé, manger efficace (sans oublier de se faire plaisir) : c’est le concept résumé dans l’expression “Combinaisons alimentaires”.

Mais même si l’on essaie de manger sain et équilibré, on se rend vite compte que les aliments d’aujourd’hui sont bien moins nutritifs que par le passé. Selon la FAO (Food Agriculture Organization): “on compte 100 fois moins de nutriments dans les fruits et légumes d’aujourd’hui comparés à ceux de 1950”. Il faudrait donc manger 26 pêches pour retrouver l’équivalent nutritif d’ UNE SEULE pêche de 1950 !

La solution: les associations alimentaires, dont les 2 objectifs principaux sont:

  • une bonne digestion (sans inflammation, ballonnements, accumulation de toxines ou déséquilibre acido-basique)
  • une assimilation optimale des nutriments pour combler tous les besoins de notre organisme.

Ces combinaisons contribueront de plus à l’amélioration de notre bien-être général (fatigues chroniques, systèmes cardio-vasculaire, immunitaire, …) et même à mincir.

combinaisons alimentaires

En pratique

Les associations se basent entre autre sur les différentes familles alimentaires (glucides, protides, lipides) et la durée de leur digestion. Elles s’inspirent aussi de la nature où il est difficile de trouver des aliments ne possédant qu’un seul composé.

Tout est donc question de juste milieu, d’équilibre; sans tomber dans l’extrême de bannir tel ou tel aliment.

  • Accompagner nos aliments cuits d’aliments crus. Et pour être plus précis, faire précéder nos plats chauds par un aliment cru comme des crudités ou même un fruit, qui favoriseront la digestion des aliments cuits.
  • Des légumes dans chaque repas: riches en fibres et en agents alcanisants, ils favorisent l’assimilation des protéines animales ou végétales et tamponnent l’acidité liée à la digestion de ces dernières. Les vitamines et minéraux des légumes seront quant à eux mieux absorbés grâce aux protéines.

Quant à leur association avec des féculents, les légumes permettent une diminution de l’impact glucidique du plat et garantissent une meilleure satiété.

  • De bons glucides avec de bons lipides !

Les glucides comme ceux des fruits étant très digestes, le temps passé dans le système digestif risque d’être trop court pour assimiler tous les nutriments qu’ils possèdent. Sans compter le pic glycémique qu’ils peuvent causés. On accompagnera donc nos fruits frais ou séchés d’aliments riches en bons acides gras, tels que quelques oléagineux (amande, noisettes, etc…) ou pourquoi pas 1 ou 2 carrés de chocolat noir pour la collation du matin ou du gouter. Pour une version salée, l’association poisson/riz complet est un bon exemple.

Résultats: un meilleur transit, une protection du système cardio-vasculaire, ainsi que de l’appareil digestif, un faible impact glycémique grâce aux protéines et graisses des oléagineux, et une mine de nutriments assimilés !

  • De la vitamine C avec des aliments riche en minéraux et anti-oxydants.

La vitamine C permet une bonne absorption du fer et décuplera les effets anti-oxydants des aliments. Le fameux thé vert citronné se présente ainsi comme une combinaison gagnante.

Le duo parfait de L’île enSanté : SPIRULINE (mine de nutriments, de fer, d’anti-oxydants) et GOJI NOIR, source de vitamine C

duo booster

  • On n’oublie pas les lipides (saturés et insaturés). Sans excès, ils accompagnent les aliments. Il en faut une trace.
  • Légumineuses et céréales: Un mélange de céréales et de légumineuses peut remplacer un bon steak en terme d’apport protéique.
    4/5 de riz demi-complet et 1/5 de lentilles corail est un mélange parfait, très digeste, contenant l’ensemble des protéines sans aucune carence d’acides aminés. Ce type de repas permettra en outre de diminuer la quantité de protéines animales qui apportent trop d’acidité et de toxines à l’organisme.
  • À éviter

Associer des protéines et des féculents dits “forts”. Ce sont essentiellement les protéines animales (steack, volaille, oeuf, crustacés, fromage) et les céréales (riz, pâtes, blé, pain,…). Le steack/pâtes typiquement.

Car la digestion en milieu acide de la protéine bloquerait instantanément celle de l’amidon (faite en milieu basique). De plus, la digestion de ces 2 catégories d’aliments demande au corps une quantité considérable d’énergie. Cette association est donc une source d’épuisement et “d’encrassage” de l’organisme.

On préférera des protéines dites “faibles ” (les protéines végétales: soja, tofu, seitan, haricots, pois…) avec des féculents “forts” : œuf + riz, champignons ou soja + pâtes ou céréales ; ou des protéines “fortes” avec des féculents “faibles” (pomme de terre, patate douce, potiron et assimilés): poisson / viande / volaille + pomme de terre.

Mélanger au même repas un aliment acide et un féculent car l’acidité inhibe l’enzyme salivaire débutant la digestion des féculents. Exemple de mauvais mélanges: tomates puis riz, pâtes sauce tomate… tartine de pain/confiture

_ Les Laitages + Thé / Café

Le tanin contenu dans le café ou le thé précipite la protéine du lait et le rend indigeste. Ainsi l’absorption régulière de café ou de thé avec un laitage épuise les organes digestifs et entraine une fatigue anormale.

Nuances et exceptions

Il est à noter que la génétique, la santé de l’appareil digestif et l’état de vitalité d’une personne, influent sur la tolérance ou non des mauvaises combinaisons alimentaires.

Ces dernières pouvant être également mieux tolérer lors d’un “petit” repas, dans de petites proportions.

Il sera de plus possible de transformer une mauvaise combinaison en bonne en rajoutant une autre catégorie d’aliments qui neutralisera les effets néfastes de départ. Si nous reprenons l’exemple du plat de pâtes à la sauce tomate, rajouter à la sauce du céleri, du persil ou de la carotte, permettra de tamponner l’acidité du plat. Plus généralement rajouter quelques légumes dans tous nos plats (comme cité plus haut) ré-équilibrera les impacts de notre plat.

Pour la tartine pain/confiture, pourquoi ne pas rajouter un peu de beurre ou même d’huile d’olive ?

Idée menu type

  • Matin :
    fromage blanc avec fruits (banane, pomme, poire, fruits de la saison, évitez les oranges ou mandarines car acides) + 1 ou 2 gr de Spiruline et/ou Chlorella en comprimés, que vous pouvez acheter ici.
  • Midi :
    crudités
    poisson + haricot + pomme de terre ou petit pois + Brocoli vapeur + nouilles chinoises
  • Collation:

1 pomme + 2 carrés de chocolat noir

1 infusion de Goji Noir, disponible ici.

  • Soir :
    crudités
    couscous végétarien: légumes cuits avec semoule 4/5 + pois chiche 1/5. ou volaille + champignon poêlé + patate douce

Les synergies L’ île ensanté

Découvrez nos DUOS et Mix’Intense où super-aliments se complètent,coopèrent et s’optimisent pour une action et des bénéfices Forme, Santé et Bien-être décuplés sur l’organisme !

combinaisons alimentaires avec le duo détox

combinaisons alimentaires avec le duo infusion

N’hésitez pas à commenter cet article, quelles associations avez-vous l’habitude de faire: les bonnes, les mauvaises ?

Laisser un commentaire